Ené Pétré virtuose de la flûte de Pan

Les temps forts de la vie de Pétré ÉNÉ

Sa terre natale a nourri les racines de sa vocation musicale

« Je suis né le 23 juin 1961 à Glodeni, en Roumanie (Département de Dambovita), à 80 kms de Bucarest.
La maison de mes parents se situe au pied des Carpates.
Des bergers ont appris à mon Père à jouer de la flûte «Tilinca » ainsi,  tous les jours, j’ai été bercé et conquis par la musique de cette flûte.
Dès mon plus jeune âge (vers 3-4 ans),  j’ai reçu en cadeau un simple jouet en plastique représentant un naï (flûte de Pan roumaine).
Comme c’était un simple jouet et que je me sentais limité pour exprimer ce que je ressentais, j’ai très vite recherché de vrais instruments que j’ai maîtrisés tout seul, comme l’harmonica diatonique (lauréat d’un concours entre les écoles), flûte de berger, flûte champêtre, tilinca, ocarina et autres instruments à vent.

Les premiers sons de ce jouet ne m’ont jamais quitté et quelques années plus tard, ce sont les apparitions à la télévision de Gheorghe Zamfir qui m’ont donné l’envie d’avoir un vrai naï.
Les revenus de mes parents étaient très modestes et c’est mon Père qui m’a fabriqué et offert ma première flûte de Pan en bambou, accordée à la cire d’abeille: ce naï allait devenir ma passion. »

La flûte de Pan a conquis le cœur de Pétré ÉNÉ

Son engagement dans la voie de la musique

« Dès l’âge de quinze ans, durant mes études de musique et grâce à mes bons résultats, j’ai été choisi pour entrer au sein d'un groupe folklorique avec lequel je suis parti en tournées dans plusieurs pays.
C’est à dix-sept ans que j’ai eu la « grâce » de rencontrer Gheorghe Zamfir, magnifique joueur de flûte de Pan, universellement connu. Pour l'élève ayant soif d'apprendre, il est devenu mon phare, éclairant de toute sa sensibilité, ma voie vers la musique.

Dès lors, je n’ai jamais cessé de vouloir vivre mon rêve, être musicien, vivre de musique.

J'ai puisé aux sources des bergers, aux leçons de solfège, aux harmonies des plus grands et j'ai tracé ma voie, mon intuition m'aidant à dépasser les leçons enseignées pour exprimer pleinement ma propre sensibilité.
La passion et le plaisir de jouer de la flûte de Pan ne m’ont jamais quitté. »

Photographie Marianne Teshier

Mis à jour (Lundi, 07 Février 2011 11:04)